1. La fonction épithète

Un épithète est généralement une fonction de l‘adjectif qualificatif. Son rôle est de qualifier le nom. Mais il est peut également être de nature différente: proposition subordonnée relative ou un participe passé.

Attention: l’épithète peut aussi être un adverbe employé comme adjectif  (exemple: un homme bien) ou être un nom employé sans déterminant (exemple: un remède miracle).

2. La fonction complément du nom

Le complément du nom a pour fonction de compléter le nom en le précisant. C’est une expansion du nom. Il fait partie du groupe nominal. Le CDN est le plus souvent un GN mais il peut être un pronom, un verbe à l’infinitif ou un adverbe.

Il est le plus souvent introduit par une préposition ( à ,de, dans, pour, vers, contre, etc..). C’est ce qui le différencie de l’épithète.

Attention à ne pas le confondre avec un COI ou un CC.

Le CDN apporte des précisions sur le nom, il peut exprimer la matière, la possession, l’origine, le lieu, la destination, le moyen ou la conséquence.

3. La fonction apposition

Une apposition est un nom ou un GN séparé de ce dernier dont il dépend par une virgule. Il faut faire attention de ne pas le confondre avec un épithète nominal avec apposition ou avec un épithète détaché.

Il y a une identité entre le nom et son apposition.

L’apposition apporte une explication mais n’est pas obligatoire. Elle peut être supprimée.

 

4. La fonction attribut

L’attribut du sujet donne une information sur le sujet. Il fait partie du GV.

La nature de l’attribut du sujet: adjectif qualificatif ou groupe adjectival, GN ou pronom, verbe à l’infinitif.  Il est introduit par des verbes d’état et certains verbes transitifs.

Astuce: Pour savoir s’il s’agit d’un attribut du sujet, on peut remplacer le verbe par être ou égale (si cela fonctionne alors c’est un attribut du sujet) ou essayer de pro-nominaliser le COD ( si cela fonctionne alors il s’agit d’un COD et non d’un attribut).  Ex: cette jupe parait rouge => cette jupe est rouge. rouge est un attribut du sujet.

 

L‘attribut du COD donne des informations sur le COD via le verbe. Il fait partie du GV et ne peut être supprimé. La nature de l’attribut du COD: adjectif qualificatif, GN, verbe à l’infinitif. Il est généralement introduit par des verbes attributifs.

Astuce : les attributs du COD deviennent attributs du sujet à la voix passive et sont introduits par une préposition ou par comme. L’autre test possible est la pro-nominalisation du COD, dans ce cas là l’attribut du COD restera à sa place d’origine.

 

 

 

 

1. Le complément essentiel

Un complément essentiel complète le verbe, il fait partie du groupe verbal. Il ne peut-être ni déplacé ni supprimé sans que la phrase devienne incorrecte ou change profondément de sens.

1.1 Nature

Le complément essentiel peut être: un nom, un pronom, un verbe à l’infinitif, un groupe prépositionnel,  un subordonnée complétive.

Par exemple:

Le loup attend la brebis ( nom)

Le loup attend celle-ci ( pronom)

Le loup attend d’attaquer ( verbe à l’infinitif)

Le loup attend que la brebis s’approche ( subordonnée complétive)

1.2 Fonctions

Le complément essentiel peut être un COD ou un COI. Mais attention il existe des compléments essentiels de lieu, de temps…

1.2.1.Le COD ou complément d’objet direct:

Il se construit directement après le verbe sans préposition  pour en compléter le sens et indiquer sur qui ou sur quoi se passe l’action. Il peut être remplacer par un pronom (le, la, l’, les, en..) et à la forme passive le COD devient sujet.  Attention: un verbe à la voix passive n’a JAMAIS de COD!!!!

La place du COD dans la phrase dépend de sa nature, si c’est :

  • un nom, un verbe à l’infinitif ou une proposition subordonnée complétive, il est placé juste après le verbe.
  • un pronom, il est placé juste avant le verbe. Sauf à l’impératif, le pronom est placé après le verbe à la forme affirmative et avant à la forme négative.
  • un pronom relatif ( subordonnée conjonctive),il est placé avant le sujet du verbe. ex: La trousse que tu m’as achetée est très pratique.

Dans d’autres situations  comme dans les interrogation directes portant sur le COD , celui-ci est au début de la phrase. ex: Quelle voiture prenons nous? Dans une tournure présentative du type c’est ..que. ex: C’est le numéro que…Dans certaines expression figées comme: Grand bien vous fasse!

 

Astuce: pour différencier un COD et un attribut: le COD complète le verbe alors que l’attribut apporte une information sur le sujet via le verbe d’état.

 

1.2.2. Le COI ou le complément d’objet indirect.

Il se construit indirectement après le verbe à l’aide d’une préposition ( à , de sur, pour , contre..). Il peut être remplacé par un pronom (lui, leur, en, y, eux, elle (s), ..)

Le COI peut être un groupe prépositionnel (prep+GN, prep + pronom, prep+inf), un pronom, une proposition conjonctive complétive – que, à ce que , de ce que), une relative à valeur substantive.  Pour reconnaître un COI on se pose la question: à qui, à quoi de qui ou de quoi, pour qui ou pour quoi? .. Si le COI suit un COD alors on le nommera COS ou complément d’objet second.

 

Astuce: pour différencier un COI d’un CDN (complément du nom), le COI doit compléter le verbe alors que le CDN complète le nom. Pour différencier le COI du complément d’agent, vérifier que la phrase est à la forme active. Sinon il s’agit d’un complément d’agent.

1.2.3 Le complément essentiel de mesure

Il fait parti du GV, se rencontre avec les verbes : mesurer, coûter, valoir,  durer , vivre. Il indique  une caractéristique du sujet. Il se construit directement sans préposition. Il ne peut pas se transformer à la voix passive. C’est ce qui le différencie du COD!!!  et pour interroger un complément essentiel on pose la question « Combien? »

Nature: GN, pronom, adverbe ou groupe adverbial

1.2.4 Le complément essentiel de lieu

Il fait parti du GV, se rencontre avec les verbes  de mouvement: se rendre, aller, venir, entrer…Il exprime le lieu. Il est le plus souvent introduit par une préposition. Il s’emploie dans les tournures passives.

Nature: Groupe prépositionnel ( à , vers, de, après , autour de, contre, par, jusqu’à ) ou GN sans préposition qui déisgnera une rue, une place..

1.2.3 Le complément essentiel de temps

Il fait parti du GV, se rencontre avec les verbes donnant une durée, une date.

1.2.5 Les autres compléments 

Les compléments essentiels de moyens ou de manière (en voiture, en retard..)

Le complément d’un verbe impersonnel : IL =>  il ne renvoie à rien n’y personne par exemple: il pleut, il faudrait, .. Il est question de transformer l’auberge en chambre d’hôtes.

2. Le complément circonstanciel

C’est le mot ou le groupe de mots qui complète l’idée du verbe en indiquant quelque précision extérieure à l’action. Il introduit une circonstance, une précision du cadre. Il permet de construire une phrase étendue. Il est facilement mobile. 

Nature: groupe prépositionnel, GN, adverbe, subordonnée conjonctive, subordonnée participiale.

Il peut exprimer :temps, lieu, moyen , manière, cause (en raison de) , conséquence, but (objectif, finalité), concession (malgré, indépendamment), opposition( groupe prépositionnel comme loin de au lieu de..), condition, comparaison (comme).

 

 

 

Dans le cadre d’un exercice lecture/écriture, le support visuel d’une image illustrant le texte a pour intérêt de renforcer la contextualisation. Il faut permettre à l’élève de se créer un horizon d’attente (l’élève anticipe sur un univers de référence et des scénarios possibles). Les illustrations sont également des supports à l’imaginaire. Avant de lire le texte, il faut travailler la compétence émission d’hypothèses. Le choix des textes doit s’orienter vers des personnages dans lesquels les élèves peuvent s’identifier.

L’élève doit être capable:

  • contextualiser un texte,
  • émettre des hypothèses,
  • se créer un horizon d’attente,
  • lire et comprendre un texte
  • lecture fine et interprétation.

 

Il est attendu que l’élève produise des écrits variés en s’appropriant les différentes dimensions de l’activité d’écriture.  C’est à dire:

  • connaitre les caractéristiques principales des différents genres décrits,
  • construction d’une posture d’auteur,
  • mise en oeuvre ( guidée puis autonome) d’une démarche de production de textes dans lesquels l’élève va convoquer un univers de référence, un matériau linguistique et va trouver des idées , élaborer des phrases et les enchaîner avec cohérence
  • développer des connaissances sur la langue,
  • mobiliser des outils liés à l’étude de la langue.

 

Il est attendu que l’élève soit capable de réécrire son texte à partir de nouvelles consignes afin d’améliorer son texte. Il va ainsi avoir une conception de l’écriture comme un processus inscrit dans la durée. Il apprend à mettre à distance son texte pour l’évaluer. Il cherche les formulations adéquates et enrichit son texte. Il est capable d’expérimenter de nouvelles consignes d’écritures.

 

Les objectifs pour ce profil d’élève sont :

1. sauter dans le grand bain et enchaîner une remontée passive

Recommandations de sécurité :
– attention à la profondeur (minimum 1,80m) ;
– l’enfant qui saute ne doit pas pouvoir attraper ou heurter l’échelle ou le bord ni entrer en collision avec un autre enfant ;
– orteils accrochés au bord (en griffes) pour ne pas glisser.

2. s’allonger en position ventrale et dorsale c’est à dire passer de l’équilibre vertical (terrien) à l’équilibre horizontal (nageur, maîtriser les équilibres horizontaux, effectuer des changements d’équilibre

3. construire la position « TORPILLE » ventrale et dorsale

  • Description de la position TORPILLE VENTRALE :
    • le corps est gainé, indéformable, tonique
    • la tête est rentrée (menton-poitrine) 
    • les bras sont tirés dans le prolongement du corps, mains superposées
    •  les jambes sont tendues et serrées
    •  les pointes de pieds sont tendues
  •  Description de la position TORPILLE DORSALE :
    •  le corps est gainé, indéformable, tonique.
    •  les bras sont tirés dans le prolongement du corps, mains superposées
    •  les oreilles sont dans l’eau coincées entre les bras, le regard au plafond,
    •  les jambes sont tendues et serrées,
    •  les pointes de pieds sont tendues,
    •  le nombril et les cuisses affleurent la surface
Objectifs Situations Organisations et consignes
Sauter dans le grand bain et enchaîner une remontée passive Sauter “ droit comme un I”
Organisation :
Au minimum 1,80m de profondeur. Les élèves sautent l’un après l’autre au signal de l’adulte qui leur tendra la perche si nécessaire pour revenir au bord.
Pour éviter l’attente, enchaîner avec des cheminements à la goulotte.
Consignes :
Sauter et entrer dans l’eau « droit comme un I ».
Variante : (inciter l’élève à produire une impulsion vers le haut).
Idem en sautant par-dessus une frite tenue par un camarade devant les
pieds de l’élève et au-dessus de l’eau
Sauter “ droit comme un I” et se laisser remonter Organisation :
Au minimum 1,80m de profondeur. Les élèves sautent l’un après l’autre au signal de l’adulte qui leur tendra la perche si nécessaire pour revenir au bord.
Consignes :
Sauter dans l’eau, rester droit et tonique et se laisser remonter sans pousser au fond et sans faire de mouvement. Si nécessaire, permettre de s’accroupir au fond pour amortir avant de se laisser remonter.
S’allonger en positions ventrale et dorsale Vers l’étoile dorsale ou ventrale avec matériel Organisation :
Tous ensemble avec « frites », planches ou pull-boy.
Consignes :
Chercher des solutions pour s’allonger sur le ventre/ dos avec deux objets flottants identiques dans les mains.

Remarque :
Pour se relever d’une manière équilibrée en partant d’une position ventrale il faudra grouper les jambes, attendre la bascule, poser les deux pieds au sol puis sortir la tête de l’eau.
Pour se relever d’une manière équilibrée en partant d’une position dorsale il faudra :
– ramener la tête vers les genoux en groupant les jambes,
– laisser le temps de la bascule et poser les deux pieds au sol.

Vers l’étoile dorsale ou ventrale
avec aide
Organisation :
Par deux.
Consignes pour étoile ventrale :
A tend ses mains sous l’eau, paumes vers le haut ; B pose les siennes dessus, immerge ses épaules, son visage puis s’allonge sur le ventre.

Consignes pour étoile dorsale:
A place ses mains contre les omoplates de B, B s’allonge sur le dos :
– il met les épaules dans l’eau,
– il bascule la tête en arrière pour mettre les oreilles dans l’eau,
– il laisse monter son bassin vers la surface.
Remarques : pour se relever il faudra
– ramener la tête vers les genoux en groupant les jambes,
– laisser le temps de la bascule et poser les deux pieds au sol.

Construire la position « TORPILLE » ventrale et dorsale Que se passe-t-il ? Organisation :
Les enfants sont face au mur, épaules dans l’eau, doigts posés dans la
goulotte, bras tendus, les pieds posés derrière eux le plus loin possible.
Consignes :
Au signal, baisser la tête en collant le menton sur la poitrine ; attendre longtemps (environ 10 secondes) : … QUE SE PASSE-T-IL ?
Au bout d’une dizaine de secondes dans cette nouvelle position, relever la
tête : … QUE SE PASSE-T-IL ?
(Il s’agit de faire sentir le rôle du placement de la tête pour permettre l’allongement horizontal).
Aménagement lorsque l’eau n’affleure pas le bord du bassin : par deux, A tend la paume de ses mains sous l’eau, et c’est sur ces appuis que
B pose les siennes pour faire l’exercice
Le remorqueur et la péniche Organisation : Par deux.
Consignes :
Le remorqueur promène la péniche qui est en position torpille en la
tirant par les mains (les mains restent sous l’eau pendant l’exercice).
Variante 1 : le remorqueur promène la péniche qui est en position
torpille en la poussant (et en la guidant) par les pieds.

Dans le cas où l’élève met la tête sous l’eau les objectifs à atteindre sont pluriels. Je donne ici pour chacun d’entre eux un ou deux exemple. Mais, faudra bien entendu poser des hypothèses le jour de l’oral pour définir les caractéristiques des élèves et leurs connaissances.

Objectifs Situations Organisations et consignes
Amener l’élève à faire des immersions plus longues et complètes dans le petit et dans le grand bain Le filet du pêcheur 2 (variante de petits poissons venez)
Petit bain
Organisation : Plusieurs élèves forment une ronde (le filet). À l’intérieur se trouvent d’autres élèves (les poissons).
Consignes : Au signal, les poissons essaient de s’échapper en passant sous les bras ou entre les jambes du filet. S’ils y parviennent, ils se joignent au filet, le dernier poisson restant au milieu a perdu.
Course à la goulotte
Grand bain
Organisation : Passage individuel. Parcours jalonné de repères de couleur (frites) le long du bord du bassin.
Consignes : Parcourir la plus grande distance en tenant la goulotte la tête entièrement immergée.
Variante : de plus en plus vite.
Ouvrir les yeux et ouvrir la bouche sous l’eau pour souffler dans l’eau Main ouverte/Main fermée Organisation : Les enfants, deux par deux, sont face à face.
Consignes : Au signal donné par l’enseignant, l’un d’eux s’immerge pendant que l’autre tend sa main ouverte ou fermée sous l’eau. Le premier doit annoncer « ouvert » ou « fermé » (présenter la main près du visage de l’enfant immergé).
Explorer la profondeur Les pêcheurs de perles
Petit bain
Organisation : Divers petits objets lestés. Les élèves sont répartis dans l’eau sur le bord du bassin.
Consignes : Ramener le plus d’objets possible sur le bord, en les prenant sous l’eau. Compter les objets récoltés. Faire jouer les équipes ensemble ou alternativement (possibilité de limiter le temps de la récolte ≈ 45 sec).
Toucher le fond Organisation : L’un après l’autre.
Consignes : Toucher le fond de la piscine avec les pieds puis avec une main en se tenant aux barreaux de l’échelle avec l’autre.
Accepter la remontée passive Le ballon
Petit bain
Organisation : Par deux.
Consignes : Epaules dans l’eau, inspirer profondément, bloquer la respiration, mettre le visage dans l’eau, se mettre en boule (genoux-poitrine) et se laisser flotter.
L’observateur va presser doucement sur le ballon pour l’enfoncer vers le fond, le ballon se laisse remonter à la surface sans faire de mouvement

L’objectif de ces situations proposées de manière progressive est d’amener l’élève à mettre la tête dans l’eau.

Les activités proposées se déroulent dans le petit bain.

Situations Organisations et consignes
La balle de ping-pong Organisation : une balle de ping-pong posée sur l’eau par élève. Les élèves sont placés au bord.
Consignes : au signal ,essayer d’amener la balle au niveau d’une limite fixée par un pot uniquement en soufflant sur la balle au ras de l’eau.
Le pousse ballon Organisation ; les élèves sont placés l’un à coté de l’autre et ont chacun un pull-boy ou un ballon. La course s’effectue dans le sens de la largeur de la piscine.
Consigne : pousser le pull-boy ou le ballon avec la tête pour atteindre l’autre bord
La planche retournée (activité phare) Organisation : Chaque élève dispose d’une planche placée devant lui. Consigne : au signal, il faut retourner la planche en utilisant seulement sa tête le plus rapidement possible
1, 2 , 3 croco (version aquatique de 1,2,3 soleil) Organisation : L’élève meneur se place sur l’un des bords, dos tourné au bassin.
Consignes : au signal les poissons avancent. Le crocodile compte un, deux, trois, croco. Quand il se retourne les poissons qui n’ont pas la bouche dans l’eau et ne sont pas immobiles reculent. Le premier poisson qui touche le mur remplace le crocodile.
Envisager de donner une planche aux élèves selon leur besoin et la profondeur du bassin.
Le filet du pêcheur (variante de petits poissons venez) Organisation : Plusieurs élèves forment une ronde (le filet). A l’intérieur se trouvent d’autres élèves les poissons.
Cosigne : au signal, les poissons essaient de s’échapper en passant sous les bras.

 

Pour finir proposer aux élèves un parcours d’obstacle dans le grand bain dans la partie de faible profondeur. Ils devront passer sous des obstacles (cerceaux, frites ou perche posés à moitié sur le bord).

Les situations proposées ci-après essaient de suivre une certaines progressivités des apprentissages.

Situations Organisations et consignes
Dans le petit bain : marche, course, sauts, se mouiller, éclabousser le visage Se déplacer en avant, en arrière, de coté : 1/4 de tour à droite/à gauche.
Se déplacer à pieds joints comme un kangourou.
Améliorer les déplacements en s’aidant des bras et des mains : pelles, poings fermés, ..
Attrape moi L’élève A se place à une longueur de bras devant l’élève B, qui essaie de le toucher avant qu’il n’atteigne le bord opposé
Le petit train
Le loup et l’agneau
Le petit train : la locomotive touche un wagon et l’ensemble avance.
Par groupe de 4 : 1 loup et 3 agneaux en colonne. Le loup essaie de toucher le dernier agneau.
Les bateaux Les élèves sont alignés le long du bord avec une planche chacun
Consigne : c’est une course. Il faut atteindre le plus vite possible l’autre coté avec la moitié de la planche dans l’eau.
Les déménageurs Placer deux fois plus d’objets flottant que d’élèves dans l’eau. Constituer 2 équipes de 4 à 6 joueurs. La durée de chaque partie est d’une minute.
Chaque équipe doit déménager au plus vite ses objets pour les déposer dans la maison adverse. Attention chaque élève ne peut prendre qu’un objet à la fois.
Grain bain : première entrée Entrer dans l’eau par l’échelle et s’accrocher au bord.
Organisation : les élèves entrent dans l’eau l’un après l’autre. Déplacement de tout le groupe suivant les indications données par l’enseignant.
Consignes : se déplacer épaules dans l’eau en tenant le bord à 2 mains.
Variante 1 : en croisant les bras.
Variante 2 : en tournant sur soi-même.
Course à la goulotte 2 équipes : 1 objet est placé à mi-chemin (15 m en tout)

Consigne : aller le plus vite possible en se déplaçant le long de la goulotte. On cherche l’horizontalité grâce à la vitesse de déplacement.

I.Introduction

Chaque séance de natation est contextualisée : il y a un avant (en classe), un pendant (à la piscine) et un après ( en classe).

AVANT :

  • On dit ce que l’on va faire ! Il faut recueillir les représentations des élèves, faire une explication de l’activité, de son déroulement.
  • Présenter la situation aux élèves (dispositif, sécurité, consigne/ but, critère de réussite. Le langage employé doit être clair et accessible.
  • Passer par un album jeunesse comme « le fabuleux voyage de Lola » ou « Moi je serais pirate » ou « Le trésor d’ERick le Rouge ».
  • Informer les bénévoles des situations à conduire.
  • Préparer le déplacement : transport ? Comment marche-t-on dans la rue ? ..
  • Réaliser une liste nominative des élèves.

PENDANT

  • Favoriser le temps dans l’eau (au moins 40 min)
  • Priviligier le parcours pour favoriser la continuité d’action
  • Proposer des situations ouvertes, motivantes, inscrites dans la durée ?
  • Reformuler les consignes avant d’entrée dans l’eau,
  • Se positionner en tant qu’adulte garant de la sécurité,
  • S’assurer de la sortie de TOUS les élèves au signal .

APRÈS :

  • Évaluer les progrès ( individuellement)
  • Extraire les modalités de réussites,
  • Faire un retour sur l’action au travers d’une activité réflexive,
  • Formaliser à l’oral les actions menées,
  • Faire un bilan différencié des réussites

L’enseignement de la natation s’appuie sur une démarche de tâtonnements ou d’essais-erreur-modifications. L’élève doit trouver par lui même les réponses les plus adaptées.

II.Les contenus à enseigner

II.1.1er année  : répertoire moteur

  1. Les entrées dans l’eau : aller vers une immersion de la tête ; simulation de chute avant/ arrière
  2. Les immersions : vision aquatique, choix de la profondeur avec ou sans aide à l’immersion
  3. Les déplacements : sans conditions de temps, sur le ventre, sur le dos
  4. Les sorties du bassin : par l’échelle par le bord.

II.2.2eme et 3eme année : Volume aquatique

  1. Coordonner entrées et déplacements : immersion et changement de profondeur et déplacements
  2. Construire une vision aquatique : modulation de l’apnée en fonction de l’objectif.

III.Trame de séance

  1. Passer sous la douche puis regrouper les élèves au bord du bassin dans un espace défini. Former les groupes de niveau. Faire préparer le matériel par les élèves ou les parents. Et organiser l’entrée dans l’eau.
  2. Situations d’apprentissage pour transformer ou faire évoluer les comportements moteurs des élèves. Proposer 3 à 4 situations d’apprentissage par séance avec un objectif prioritaire ( une composante).

    La première situation doit être simple et ne pas amener de nouveaux apprentissages. Elle peut être ludique ou un réinvestissement.
    La dernière situation doit être également ludique et plus libre.

  3. Organiser la sortie de l’eau puis aller vers un lieu de regroupement avant de passer aux douches ( avec savon) .

Les problèmes rencontrés par les élèves sont d’ordre:

Postural. Placer le corps dans une position d’équilibre inhabituel pour s’orienter.

Respiratoire.Adapter ses modalités respiratoires aux actions de déplacements,

Moteur. Trouver des appuis stables pour se propulser dans un milieu fluide.

Informationnel. Trouver des modalités d’informations dans un milieu inhabituel.

Affectif. Maîtriser ses émotions en objectivant le risque (problème d’aquaphobie, appréhension, stress..)

 

Les représentations du débutant: 

« Si je lâche le bord je coule », « je me remplis d’eau », « je ne vois plus rien », « ça pique les yeux », « je ne sens plus mon poids », « je m’enfonce », « je ne sais plus où je suis ».

Il est important de comprendre que la pratique de la natation est source d’émotions : le plaisir d’une part ( jeux, flottaison, pirates, imaginaires..) et d’autre part anxiété (représentation du milieu suite à un trauma ou une représentation erronée du milieu)

L’élève doit passer de l’attitude « je fais le petit chien sinon je coule » à je fais la planche. De « si je mets la tête sous l’eau je m’étouffe à une situation d’apnée de 10 à 12 secondes, souffler sous l’eau.

Il s’agit pour lui d’une remise en cause de son schéma corporel et ce en particulier en C1 où ce schéma est en cours d’acquisition. Les repères habituels sont  perturbés.

 

Les ressources mises en oeuvre: 

Motrices: pour la construction d’une nouvelle locomotion dans un milieu différent, bras moteurs et jambes équilibrantes, coordinations jambes- bras et respiration.

Affectives: prendre du plaisir sous l’eau

Cognitif: comprendre que le corps flotte.

La natation développe également des compétences psychosociales: se faire confiance et faire confiance aux autres,  faire preuve d’autonomie, faire attention à sa sante.

Dans la course longue, on définit 3 niveau d’intensité:

1er niveau: 1er essoufflement, les élèves peuvent parler en courant. Se pratique de 6 à 12 ans. On pratique l’activité durant 40 à 60 min en alternant temps de récupération long et cycle de course. L’objectif est de développer l’endurance fondamentale.

2ème niveau intervient au deuxième essoufflement. Le travail dure de 20 à 30 minute et vise le développement de la capacité aérobie. Il se pratique de 8 à 15 ans.

3ème niveau: l’acquisition d’une puissance aérobie afin d’atteindre une vitesse max aérobie.  ou VMA. Cela n’est pas à pratiquer au sein de l’école ou du collège, et relève de la pratique sportive.

 

C’est le premier niveau qui est travaillé à l’école.

Les 3 grands axes de développements:

  1. La respiration: l’élève doit ventiler par la bouche, expirer de façon longue et continue. Il doit solliciter la respiration abdominale et adopter un rythme régulier.
  2. La foulée: les appuis sont en plante, en montée il faut monter les genoux, .. on peut proposer aux élèves en variante d’allonger les foulées, de les raccourcir, de courir sans bruit ou à reculons.. pour leur permettre de prendre conscience de leur foulée.
  3. Les bras: laisser les épaules basses, relâcher les mains (test du papier enroulé dans la main qui ne doit pas finir froisser) balancer spontanément et souplement les bras. Pour sensibiliser les élèves, on peut leur proposer de courir main sur la tête ou dans le dos ou bras croisés.

L’élève doit être capable de :

Courir ensemble. Par exemple l’enseignant divise à la classe en plusieurs groupes de 4 à 5 élèves chacun. Il place plusieurs plots ( autant que de groupes) , à bonne distance, sur un cercle imaginaire où il se placera au centre. Chaque groupe doit partir, faire le tour du cône et revenir ( en groupe/ ensemble), l’enseignant pose une question/ devinette ou raconte un bout d’histoire et le groupe repart en réfléchissant à la question.

Maintenir son rythme dans la durée/ travailler son endurance fondamentale. Par exemple la course à l’horloge.

Respirer amplement et régulièrement en construisant une posture de coureur.

 

En CM surtout: trouver une allure plus soutenue et maintenue sur la durée, changer d’allure.