L’adverbe est un mot invariable. Il précise ou modifie le sens d’un autre mot ou d’une phrase complète. Par exemple: Elle a rapidement repris le dessus.

En général, il est possible de supprimer l’adverbe sans que le sens de la phrase en soit affecté.

Astuce: pour différencier l’adverbe d’une conjonction ou d’une préposition, il faut procéder au test d’effacement ou de substitution. En effet, l’adverbe n’introduit aucun groupe de mots.Par exemple: La maison a été vendue vite. La maison a été vendue.

 

Les adverbes sont des mots simples: vite, hier, demain, là, ici, tout, etc. Ils sont classés en 7 catégories:

  1. Adverbes de manière: bien, mieux, vite, mal, debout, plutôt, aussi, ainsi, comme, ensemble, mieux, comment, etc.
  2. Adverbes de quantité(d’intensité) : assez, autant, aussi, beaucoup, moins, peu, très, fort, si, tant, combien, davantage, environ, plus, tellement, trop, etc.
  3. Adverbes de temps: hier, aujourd’hui, alors, déjà, après, quand, jamais, toujours, enfin, soudain, depuis, demain, dorénavant, longtemps, maintenant, toujours, etc.
  4. Adverbes de lieu: ailleurs, ici, là, autour, dedans, derrière, dessus, où, dessous, partout, etc.
  5. Adverbes d’affirmation: oui, si, soit, volontiers, assurément, aussi, certainement, vraiment, etc.
  6. Adverbes de négation: non, ne (aucun, guère, jamais, rien…).
  7. Adverbes de doute: peut-être, probablement, sans doute, apparemment, vraisemblablement.

L’adverbe tout fait exception à la règle en matière d’accord. Il est variable si et seulement si il est placé devant un adjectif féminin commençant par une consonne ou un h aspiré. Par exemple:  Elles sont toutes menues. Elles sont toutes honteuses.

 

D’autres adverbes sont formés avec le suffixe « -ment » ajouté à un adjectif. Par exemple:  usuellement, rapidement,..

 

On peut distinguer différents type d’adverbes selon leur sens et leur rôle dans la phrase:

les adverbes de lieux : ici, là, là-bas, ..

  • les adverbes de temps: toujours, hier, maintenant, tôt, tard,..
  • les adverbes de manières: bien, mal, vite, lentement, ..
  • les adverbes de degré: très, trop, peu, plus, moins,…
  • les adverbes de négation: ne..pas, ne .. jamais, non, ..
  • les adverbes d’affirmation: oui, sans doute, certainement, peut-être, ..
  • les adverbes interrogatifs: combien, comment, où, quand, ..
  • les adverbes exclamatifs: que, comme , combien,..
  • les adverbes de liaison ou conjonctifs qui permettent de coordonner deux propositions: ainsi, en effet, ensuite, puis, enfin,..ces derniers peuvent se déplacer dans la phrase.





Dans certains  cas le participe est la forme adjectivale du verbe.

Le participe présent

Il peut avoir 3 fonctions : épithète, apposé ou attribut du COD. L’adjectif verbal s’accorde et ne conserve pas les propriétés du verbe et peut être attribut.

L’adjectif verbal exprime un état, une qualité plus ou moins permanente alors que le participe présent exprime une action qui progresse, délimitée dans le temps.

Un certain nombre d’adjectif verbaux se distinguent par l’orthographe du participe présent.

Adjectif verbal (-ent) Participe Présent (-ant)
adhérent adhérant
affluent affluant
convergent convergeant
divergent divergeant
différent différant
excellent excellant
influent influant
violent violant
précédent précédant

 

Adjectif verbal (-cant) Participe Présent (-quant)
communicant communiquant
convaincant convainquant
provocant provoquant
suffocant suffoquant
vacant vaquant

 

Adjectif verbal (-gant) Participe Présent (-guant)
délégant déléguant
extravagant extravaguant
intrigant intriguant
fatigant fatiguant
navigant naviguant
zigzagant zigzaguant

Astuce: pour différencier un adjectif verbal d’un participe présent, on peut en plus de la vérification orthographique procéder à un test de remplacement par un adjectif qualificatif.



Le participe passé

Le participe passé peut avoir 4 fonctions : épithèteapposé, attribut du sujet ou attribut du COD.

Le participe passé ne change pas d’orthographe sous la forme adjectivale, mais il n’admet pas de négation ou de complément du verbe.

 

Astuce: pour différencier un adjectif verbal d’un participe passé, il faut procéder à un test de remplacement du participe passé sous forme adjective par un adjectif qualificatif ou un test d’effacement selon les cas.

Par exemple: J’ai été prévenu au dernier moment. Le mot prévenu ne peut être remplacé que par un autre participe passé (averti par exemple) mais en aucun cas par un adjectif qualificatif. Donc c’est un participe passé.

Tu me sembles très fatiguée! Le mot fatiguée peut être remplacé par l’adjectif qualificatif jolie par exemple. Donc c’est un participe passé à valeur d’adjectif.

L’adjectif est adjoint à un autre mot dont il précise le sens. Une locution adjectivale est un ensemble de mots équivalent à un adjectif.

On distingue les adjectifs qualificatifs et les adjectifs non qualificatifs ou relationnels.

L’adjectif qualificatif précise une propriété de l’objet ou de la personne auquel il se rattache dans la phrase. Par exemple: Mes yeux sont bleus.

L’adjectif relationnel est dérivé d’un nom. Il souligne le fait que l’objet ou la personne auquel il se rapporte entretient une relation avec le nom.  Par exemple: Le palais royal était plein à craquer.

 

Astuce: l’adjectif relationnel peut être remplacé par un complément du nom. Par exemple: Le palais du roi était plein à craquer. L’adjectif relationnel est toujours après le nom.

 

On distingue également  les adjectifs numéraux ordinaux ( le deuxième, le sixième, ..), les adjectifs indéfinis  même et autre qui sont utilisés dans le sens comparatif et ne peuvent être attribut. Et enfin les adjectifs possessifs: mien, tien, sien.. dont l’utilisation est très rare et dans une situation de langage très soutenu. Par exemple: la mienne soeur.

 

L’adjectif s’accorde en genre et en nombre avec le nom auquel il se rapporte à l’exception :

  • Des adjectifs de couleur tels que Écarlate, Mauve, Pourpre, Incarnat, Fauve, Roses.  Astuce: moyen mnémotechnique EMPIFR
  • Des adjectifs de couleur issu d’un nom commun : olive, kaki, marron
  • Des adjectifs de couleur composé: bleu clair, rouge foncé,..

La plus grande vigilance est recommandé dans l’utilisation du pluriel car cela peut changer le sens d’une phrase. Par exemple:

Il y avait des chats noir et blanc. Tous les chats étaient de deux couleurs : noir et blanc.

Il y avait des chats noirs et blancs. Il y avait des chats noirs et des chats blancs.

 

  • Les degrés d’intensité de l’adjectif

Le sens de l’adjectif peut être modulé, nuancé de manière à avoir une intensité plus ou moins forte.  On distingue trois degrés d’intensité: faible, moyenne ou forte.

Ces degrés d’intensité peuvent s’exprimer au moyen de différents éléments:

  • l’adverbe ou la locution adverbiale: à peine, faiblement, assez, plutôt, presque, très, tout, fort, extrêmement,..
  • le préfixe: sous- , hypo-, archi-, extra-, super-, ..
  • le suffixe: -issime ( forte intensité)
  • la répétition
  • la comparaison comme

 

  • Les degrés de comparaison

Les degrés de comparaison sont le comparatif ou le superlatif relatif.

Le comparatif

Le comparatif permet de comparer le nom qualifié à un autre nom à l’aide des adverbes moins, plus, aussi. 

Il existe trois degrés du comparatif:

  • le comparatif d’infériorité: moins .. que,
  • le comparatif d’égalité: aussi .. que,
  • le comparatif de supériorité : plus.. que.

Astucemeilleur, moindre, pire sont les comparatifs de supériorité des adjectifs bon, petit et mauvais. 

L’élément introduit par que est appelé complément du comparatif . Par exemple: Hélène est plus aimable que sa mère.

Néanmoins, le comparatif peut également être exprimé par d’autres mots ou groupe de mots comme:

  • un adjectif. Par exemple: il est plus bête que méchant.
  • un adverbe. Par exemple: il est plus stressé qu’avant.
  • un groupe prépositionnel. Par exemple: il est plus chanceux qu’à une époque.
  • une proposition. Par exemple: il est plus sympathique qu’il ne semble au premier abord.

 

Le superlatif relatif

Il est introduit par le/la/ les moins dans le cas de l’expression d’infériorité et le/la/les plus dans le cas de l’expression de supériorité.

Son usage permet d’isoler un objet ou une personne dans la phrase et d’affirmer qu’il possède moins ou plus de qualité que d’autres. Par exemple: Alex est le moins débrouillard de ses frères.

Le complément du superlatif est introduit par de.

  • Le pronom personnel

Le pronom personnel désigne une chose ou une personne et remplace, en générale, le groupe nominal.

  • La forme conjointe est une forme du pronom personnel qui est directement liée au verbe.
Forme conjointe
Personne/Fonction Sujet COD COS
1ère pers. sing. je me, m’
2ème pers. sing. tu te, t’
3ème pers. sing. il, elle, on le, la, l’ lui, en, y
se, s’
1ère pers. plur. nous nous
2ème pers. plur. vous vous
3ème pers. plur. ils, elles les leur, en, y
se, s’

 

Les pronoms personnels je, tu, on sont des pronoms sans antécédent. Ils représentent toujours un protagoniste, une personne qui participe à l’acte d’énonciation. Ils ont une valeur déictique.Le pronom  personnel Onprésente la particularité d’être un pronom personnel indéfini.

Il, elle, ils et elles sont des pronoms qui fonctionnent comme substitut anaphorique. Ils désignent des choses ou des personnes qui ont déjà été mentionnées dans le texte ou qui vont l’être. Nous et vous ont une valeur anaphorique lorsqu’ils incluent la 3ème personne.

Le pronom réfléchi est une forme particulière du pronom personnel : me/m’, te/t’, se/s’, nous, vous. On le trouve devant les formes verbales dites pronominales. Avec certains verbes, le pronom réfléchi a la même fonction syntaxique qu’un pronom non réfléchi. Par exemple: je m’évanouis.

 

  • La forme disjointe se comporte comme un groupe nominal séparé par une préposition, une pause syntaxique,.. du verbe.
Personne/Fonction Forme disjointe
1ère pers. sing. moi
2ème pers. sing. toi
3ème pers. sing. lui, elle (- même), soi (-même)
1ère pers. plur. nous
2ème pers. plur. vous
3ème pers. plur. eux, elles (-même)

 

Les pronoms adverbiaux y et en sont des formes particulière du pronom personnel. Ils réunissent un pronom personnel et généralement une préposition.

Le pronom y représente un groupe prépositionnel incluant la préposition à ou dans. Il peut être COS ou CCL. Par exemple : j’y pense! (COS) , Ils y vont. (CCL)

Le pronom en représente un groupe prépositionnel incluant la préposition de . Il peut avoir de multiples fonctions.

 

  • Le pronom possessif 

Le pronom possessif est formé de l’article défini et d’une forme accentuée du possessif. Il varie avec la personne du possesseur dont il porte la trace initiale. Par exemple: tu/tien.

Il varie également avec le genre et le nombre du nom (antécédent) qu’il représente.

Personne représentée Objet possédé Sing. Objets possédés-Plur.
1ère pers.  sing. le mien
la mienne
les miens
les miennes
2ème pers.  sing. le tien
la tienne
les tiens
les tiennes
3ème  pers. sing. le sien
la sienne
les siens
les siennes
1ère  pers. plur. le nôtre
la nôtre
les nôtres
2ème pers. plur. le vôtre
la vôtre
les vôtres
3ème  pers. plur. le leur
la leur
les leurs

 

Les pronoms possessifs remplacent les groupes nominaux introduits pas des déterminants possessifs. Par exemple: Prêtes-moi tes ciseaux. Les miens sont cassés.

Astuce: pour différencier les déterminants des pronoms possessifs pluriels nôtres et vôtres, il suffit d’observer le mot. S’il y a un accent circonflexe sur le Ô alors c’est un pronom possessif.

 

  • Le pronom  démonstratif

Le pronom démonstratif varie en genre et nombre en fonction du référent désigné. Ils peuvent avoir une valeur anaphorique ou déictique.

Les formes simples du pronom démonstratif  sont employées avant la préposition de ou avec un pronom relatif.

  Forme simple
Masc. Sing. celui
Fem. Sing celle
Masc. Plur. ceux
Fem. Plur. celles
Invariable ce/c’

 

Les formes composées sont employées  pour désigner un élément plus ou moins proche.

  Forme composée
Masc. Sing. celui-ci/ celui-là
Fem.

Sing

celle-ci/ celle-là
Masc. Plur. ceux-ci/ ceux-là
Fem. Plur. celles-ci/ celles-là
Invariable ceci/cela/ça

 

Les pronoms démonstratifs variables reprennent un élément précis et identifiable du texte. Ils en portent le genre et le nombre.

 

Les pronoms démonstratifs invariables quand à eux reprennent un élément inanimé ou une idée du texte. En particulier, le pronom cela a une valeur anaphorique, c’est à dire qu’il reprend ce qui a été dit. Alors que le pronom ceci a une valeur cataphorique, c’est à dire qu’il annonce ce qui va suivre.

Le pronom ce peut-être utiliser pour former des propositions relatives substantives, des subordonnées interrogatives ou être sujet du verbe être.

 

  • Le pronom numéral

Le pronom numéral est l’équivalent d’un nom précédé d’un déterminant numéral cardinal. Par exemple: Il y avait deux-cents candidats. Dix ont réussi.

 

  • Le pronom indéfini 

Les pronoms indéfinis s’utilisent pour une chose ou un objet dont on n’indique ni l’identité ni le nombre. On distingue plusieurs classes selon le sens.

Quantité nulle aucun(e), nul(le),  pas un(e), personne,  rien
Unité n’importe lequel/ laquelle,  l’un(e), l’autre, le/la même,  n’importe qui, quelqu’un,  quiconque, tel(le),  quelque chose,  autre chose,..
Pluralité quelques un(e)s,  certain(e)s, plusieurs,  la plupart, beaucoup, ..
Totalité tous, toutes,  tout le monde, tout,  chacun..


Astuce
: pour différencier un pronom indéfini d’un déterminant indéfini, il faut observer l’environnement linguistique. En effet, le pronom est souvent placé devant un verbe et le déterminant devant un nom. Il est également possible de procéder à un test de substitution en remplaçant le mot par un autre.

 

  • Le pronom interrogatif

Les pronoms interrogatifs servent à interroger sur la personne ou la chose dont ils expriment, représentent ou annoncent l’idée. Ce  sont des formes incomplètes car il n’y a pas d’antécédent déterminé. En effet, elles renvoient à un élément dont on ignore l’identité.

Fonction Référent animé
Sujet qui
COD qui
Attribut qui/que
COI ou COS prép+qui

 

Le pronom interrogatif qui est utilisé dans une interrogation directe ou indirecte et peut avoir la fonction de sujet, de complément ou d’attribut. Par exemple :

Qui viendra à cette soirée? (sujet)

Qui penses-tu emmener ? (complément)

Qui est Mr. Smith ? (attribut du sujet)

Le pronom interrogatif que peut être utilisé dans une interrogation directe et peut avoir la fonction de sujet, d’attribut ou de complément.

Fonction Référent animé
Sujet Qu’est ce qui
COD que/quoi
Attribut que/quoi
COI ou COS prép+quoi

 Par exemple :

Que mange-t-on ce midi ? (complément)

Qu’est cette chose ? (attribut)

Que se passe-t-il ? (sujet réel)

Il peut également être utilisé dans une interrogation indirecte où il peut avoir la fonction d’attribut ou de COD après les verbes avoir, savoir, pouvoir pris négativement et suivis d’un infinitif. Par exemple : je ne sais que devenir.

 

Lorsque le pronom interrogatif quoi s’utilise dans une phrase interrogative directe, il peut avoir la fonction de sujet (phrase elliptique). Par exemple : Quoi de plus noble ?

Il peut également avoir la fonction de complément. Par exemple : A quoi vous amusiez vous ?

Dans la forme interrogative indirecte, il est toujours complément. Par exemple : Dites- moi de quoi il en retourne !


Les formes composées varient selon le genre et le nombre du référent.

Fonction Forme composé sing.
Sujet lequel/laquelle
COD lequel/laquelle
Attribut lequel/laquelle
COI ou COS prép+lequel/laquelle/auquel/
duquel/ de laquelle

 

Fonction Forme composée   plur.
Sujet lesquels/lesquelles
COD lesquels/lesquelles
Attribut lesquels/lesquelles
COI ou COS prép+lesquels/lesquelles/ auxquels/desquels

Elles ont généralement une valeur anaphorique, à l’inverse des autres pronoms interrogatifs qui ont une valeur déictique.

 

  • Les pronoms relatifs

Les pronoms relatifs servent à joindre une proposition relative à un nom ou à un pronom qu’ils représentent . La dite proposition explique ou détermine ce nom ou ce pronom.

La forme simple du pronom varie selon la fonction du pronom dans la proposition relative et selon le caractère animé ou inanimé de l’antécédent.

Formes simples
Sujet qui
COD ou attribut que
Complément prépositionnel dont, où, prép+qui, prép+quoi

Par exemple:

La femme qui t’a parlé est une vieille amie. Qui est sujet de « a parlé » et a comme antécédent le nom féminin singulier « femme ».

La femme que nous avons croisée est une vieille amie. Que est le COD de « avons croisée » et a pour antécédent le nom féminin singulier « femme ».

On remarquera ici que le COD est antéposé à l’auxiliaire avoir, donc le participe s’accorde en genre et en nombre avec celui-ci.

Si les pronoms qui et que ont un attribut, alors ce dernier s’accorde en genre et en nombre avec l’antécédent. Par exemple: La fillette, qui était transie de froid, s’abritait sous la bordure du toit. Le mot « transie » est attribut du sujet qui, pronom relatif ayant pour antécédent le nom féminin singulier fillette.

Les fonction du pronom relatif qui

Quand il est sujet, il peut ou s’appliquer à des personnes ou s’employer sans antécédent comme un relatif indéfini.

Lorsque qu’il est précédé d’une ##33#préposition#, le pronom relatif qui est un complément.

Les fonctions du pronom relatif que:

Le pronom que est sujet dans quelques expressions figées ou propositions infinitives. Il a le plus souvent la fonction de COD dans la phrase.

Il est complément circonstanciel quand il peut être remplacé par où, dont, duquel, durant lequel, etc.

La différence entre nature et fonction.. voilà un sujet qui m’avait occupé un petit moment.

Aujourd’hui,  quand je dois l’expliquer à mes élèves  de CM je leur dit que la nature d’un mot c’est ce qui ne changera jamais. Je prends pour exemple le fait que je suis une femme et que c’est ma nature et que cela ne changera jamais. Par contre mon rôle dans la journée change comme un mot peut changer de fonction : je suis maîtresse en classe quand je travaille et maman quand je suis à la maison (bien sur  on peut aller plus loin en disant que je suis et serais mère toute ma vie.. mais simplifions).

Donc la nature du mot c’est ce qui le définit par essence. Ils sont de deux catégories:

Et les fonctions peuvent être:

  • par rapport au nom: épithète, complément du nom, apposition
  • par rapport au verbe: sujet, compléments circonstanciels ou essentiels, complément d’agent.

J’espère que ces explication vous auront quelque peu aider.

Le verbe désigne un état ou une action. Il est le noyau du groupe verbal. Il se conjugue c’est à dire qu’il s’accorde en personne et en nombre avec son sujet. Il est amené à changer de forme selon le temps (passé, présent, futur,..).

La forme verbale est constituée d’un radical et d’une terminaison. Cette dernière apporte des informations sur la personne, le nombre, le mode et le temps.

Le classement traditionnel des verbes se fait en trois groupes:

  • les verbes dont l’infinitif est en -er dits du premier groupe. Par exemple: chanter, danser, rouler, etc,
  • les verbesdont l’infinitif est en -ir dits du deuxième groupe. Par exemple: dormir, vomir, finir,etc,
  • les verbes du troisième groupe qui réunit tous les autres verbes: comme les verbes en -ir qui ne font pas leur participe présent en -issant, les verbes en oir, en –re, et les autres verbes irréguliers.

Les verbes peuvent prendre des formes simples ou des formes composées.

 

Le verbe transitif

Les verbes transitifs admettent un ou plusieurs compléments d’objet.Ils se distinguent en deux catégories :

  • les verbes transitifs directs, suivi d’un complément d’objet direct (COD),
  • les verbes transitifs indirects, suivi d’un complément d’objet indirect (COI).

Certains verbes sont à construction double et admettent un COD et un COI.

Un verbe reste transitif même si son COD n’est pas exprimé. Par exemple : l’auteur réfléchit ou l’auteur réfléchit à son prochain roman. En effet, l’emploi absolu du verbe reste transitif.

Aux temps composés, les verbes transitifs se conjuguent le plus souvent avec l’auxiliaire avoir.

Astuce : seuls les verbes transitifs directs ont une ##54#forme passive#. Par exemple : Leur crinière était ornée de rubans vert et or.

 

Le verbe intransitif

Les verbes intransitifs ne peuvent pas avoir de complément d’objet. Ils sont souvent accompagnés d’un complément circonstanciel  : à ne pas confondre avec un COD!

Par exemple : l’élève est tombé dans la cour.

 

Le verbe attributif

Les verbes attributifs sont les verbes qui se construisent avec un attribut du sujet ou avec un attribut du COD.

Les verbes qui se construisent avec un attribut du sujet sont des verbes dits verbes d’état  qui permettent d’exprimer une caractéristique du sujet comme un état, une propriété ou un statut. Par exemple : être, devenir, paraître, rester, sembler, etc.

Astuce : pour identifier un verbe attributif, il est possible de procéder à un test de remplacement du verbe par étant. Si la phrase reste cohérente, le verbe est attributif. Par exemple :

Cet enfant reste faible. Cet enfant étant faible. Verbe attributif

Il mourut pauvre. Il étant pauvre.  Verbe non attributif

L’homme est mortel. L’homme étant mortel. Verbe attributif

Les verbes qui se construisent avec un attribut du COD sont des verbes qui permettent d’exprimer un jugement, une transformation, ou une dénomination. Par exemple : penser, croire, dire, rendre, faire, appeler, nommer,…

 

Le verbe pronominal

La forme pronominale se construit avec un pronom réfléchi, il désigne la même personne que le sujet : me, te, se, nous, vous.

Il faut distinguer :

  • les verbes essentiellement pronominaux c’est-à-dire ceux qui sont toujours à la forme pronominale comme : s’enfuir, s’évanouir, etc.
  • les verbes pronominaux autonomes c’est-à-dire ceux qui existent sous la forme non pronominale mais avec un sens différent : apercevoir/ s’apercevoir, rattraper/ se rattraper.


Il existe 3 types de construction pronominale :

Réfléchie : l’action se réfléchit  sur le sujet et, l’action se réalise sur le sujet.

Par exemple : il s’aperçoit dans le miroir. On peut transforme cette phrase ainsi pour mieux comprendre sans qu’elle soit grammaticalement correcte : Il s’aperçoit,  lui-même dans le miroir. L’action se réalise sur le sujet. Alors, on peut dire que le verbe apercevoir est employé ici de manière transitive directe et à la voix pronominale réfléchie.

Réciproque : les sujets exercent leur actions l’un sur l’autre. Dans la construction réciproque le pronom peut être COD ou COI.

Par exemple : Les deux amis s’aperçoivent. On peut transforme cette phrase ainsi pour mieux comprendre sans qu’elle soit grammaticalement correcte : Les deux amis aperçoivent l’un et l’autre.

L’action est réalisée par chacun des sujets sur l’autre. Alors, on peut dire que le verbe apercevoir est employé ici de manière transitive direct et à la voix pronominale réciproque.

Passive : Le pronom personnel s’accorde avec le sujet mais ne s’analyse pas.

Par exemple : le clocher s’aperçoit. Les mirabelles se vendent cher cette année.

 

Certains verbes pronominaux ont un pronom sans fonction logique, sans rôle complémentaire. Par exemple: L’élève s‘aperçoit de son erreur. Il se repend de sa faute.

 

Voici une liste non exhaustive de verbes toujours pronominaux: s’en aller, s’en suivre, s’écrier, s’évanouir, s’endormir, se pâmer, s’en revenir, s’en retourner, s’envoler, se jouer de, se mourir, se moquer, se taire, s’enfuir, se rire de, se prévaloir de , se repentir..

 

Le verbe impersonnel

Les verbes impersonnels sont uniquement employés avec le pronom personnel il. Ce sont des verbes qui expriment des phénomènes naturels. Par exemple:

Il pleut, il fait beau, il gèle,..

Parmi les verbes ou locutions impersonnelles, on compte également les formes telles que : il faut, il convient, il importe, il se peut, il semble..

 

Le nom commun 

Le nom commun désigne un ensemble d’éléments ou d’objets ayant tous des caractéristiques communes. Par exemple: le nom de chat peut servir à désigner n’importe quel chat.

D’un point de vue sémantique, le nom commun permet de désigner une personne, un animal, un être vivant, une réalité, une idée, un concept, etc.

Il existe trois types ou genres de noms communs:

– animé ou inanimé. Les noms animés désignent des personnes, des êtres mythologiques, des animaux,etc. Les noms inanimés désignent des choses, des états, etc.

– comptable ou massif. Les noms comptables désignent ce qui peut être dénombré. Par exemple: quatre chiens, huit jouets. Les noms massifs désignent des éléments continus homogènes qui ne peuvent à priori être dénombrés. Par exemple: de la terre, du riz.

– concret ou abstrait. Les noms concrets désignent quelque chose ou quelqu’un qui peut être identifié à partir de l’un des cinq sens. Les noms abstraits désignent des sentiments, des idées, des comportements, des manières d’être ou d’agir.

Le nom est le noyau du groupe nominal. Le groupe nominal peut être minimal ou étendu.

D’un point de vue syntaxique, le nom possède son genre propre.Il est le noyau du groupe nominal. Il transmet ses marques de genre et du nombre au déterminant et à l’adjectif.

Le nom du groupe nominal peut être un nom commun ou un nom propre.

 

Le nom propre

Le nom propre ne s’applique qu’à un seul et unique  « objet », il est attribué à une personne  (Antoine) ou un lieu (Paris).

Le nom propre s’écrit avec une majuscule. Il est le plus souvent dépourvu de déterminant (Toulouse, Zola) ou bien précédé d’un ##2article défini.

Le genre du nom propre (féminin ou masculin) est lié au sexe lorsqu’il s’agit d’une personne ou est arbitraire lorsqu’il s’agit de nom de lieux (la France, le Mexique, la Côte d’Azur).

Le nom propre de personne ne prend pas la marque du pluriel lorsqu’il désigne plusieurs personnes du même nom. Exemple: Il y a trois Maxime dans la classe.

Astuce: Les noms des dynasties font exception.Dans les noms propres, on peut voir apparaître des minuscules. Par exemple, dans l’article ou la préposition des surnoms: Jean le Petit ou dans la particule le nobiliaire « de »: Jean de La Fontaine.

 

Le pluriel du nom

Les noms communs comptables ou ceux employés comme tel peuvent prendre la marque du pluriel.

Les marques du pluriel des noms, quelques règles particulières:

Au singulier se termine par.. Au pluriel Exceptions
-s, -x, -z ne change pas
-ou -s bijoux, cailloux, choux, genoux, hiboux, joujoux, poux, ripoux
-eu, -oeu, -au, -eau -x bleus, pneus, landaus
-al -aux bals, carnavals, chacals, festivals, récitals, régals
-ail ajouter -s à la fin baux, coraux, émaux, soupiraux, travaux, vantaux, vitraux

 

Dans le cas d’un nom composé c’est à dire un mon dans lequel il est possible de reconnaître au moins deux mots, le pluriel suit les règles suivantes:

– le nom est écrit en un seul mot, la marque du pluriel s’applique comme pour les autres noms c’est à dire à la fin du mot. Par exemple: un porte-monnaie/ des porte-monnaies.

Néanmoins, il existe des cas particuliers: Monsieur/Messieurs, Madame/Mesdames, Mademoiselle/Mesdemoiselles, bonhomme/bonshommes, gentilhomme/gentilshommes.

 

– le nom est écrit en deux mots alors ne varient que l’adjectif et le nom, les autres éléments restent invariables.

 

Constitution du nom composé Le pluriel
Nom+ nom -la marque du pluriel s’applique aux deux noms s’ils désignent la même chose. Par exemple : un oiseau-mouche / des oiseaux-mouches.

–  le nom en deuxième position est invariable si et seulement si il ne désigne pas le même objet que le premier. Par   exemple:  un chef-d’oeuvre / des chefs-d’?uvre, un bouton-d’or/des boutons-d’or,  un timbre-poste / des timbres-poste

Nom + adjectif – la marque du pluriel s’appliqueau nom et à l’adjectif s’ils désignent la même chose. Par exemple : un rouge-gorge/ des rouges gorges.

– le nom est invariable lorsqu’il ne s’applique pas à l’objet désigné.

Nom+préposition+nom – lorsque le nom composé s’écrit avec trait d’union seul le premier nom prend la marue du pluriel. Par exemple: une gueule-de-loup / des gueules-de-loup. Il existe néanmoins quelques exceptions comme des pot-au-feu, des tête-à-tête..


– lorsque le nom composé s’écrit 
sans trait d’union seul le premier nom varie. Par exemple: des pommes de terre.

Verbe+nom le verbe est invariable et selon le sens, le nom prend la marque du pluriel.

Par exemple: un séche-cheveux/ des séche-cheveux (l’appareil séche des cheveux), un tire-bouchon / des tire-bouchons (permet de retirer plusieurs bouchons).

Adverbe ou préposition + nom seul le nom prend la marque du pluriel.

Par exemple:  une arrière pensée / des arrières-pensées, un contre fort / des contre-forts, une avant-première : des avant-premières.

L’article indéfini porte en lui la signification que le nom devant lequel il se déplace n’est pas connu (entièrement ou totalement) par le locuteur.

 

Singulier Pluriel
Indefini un/une des
Partitif du/de la/de l’  –

 

L’article indéfini peut avoir une valeur:

– générique. Par exemple: un mouton a des cornes.

– numérale. Par exemple: Passez une journée à Toulouse.

– emphatique. Par exemple: il fait un froid!

– de mépris ou d’emphase. Par exemple: un Alexandre, un Néron..

 

Attention: à la forme négative ou lorsqu’il précède un adjectif le pluriel, l’article indéfini « des » se réduit à « de » ou « d' ». Par exemple:

Il y a des fruits au verger. Il n’y a pas de fruits au verger.

Il y a des fruits énormes. Il y a d’énormes fruits.

 

Le partitif désigne une réalité non dénombrable ou une entité abstraite. On ne l’emploie généralement pas au pluriel sauf pour « des rillettes » ou « des cendres ».

« Des » est un article partitif quand il correspond au singulier à « du », « de la », »de l' ».

« Des » est article indéfini quand il correspond au singulier à « un » ou « une »

Astuce: pour différencier l’article indéfini partitif du et l’article défini contracté « du » (de+le), il faut remplacer « du » par « un peu de ».

Si le remplacement est possible alors il s’agit d’un article indéfini partitif. Par exemple: Vous reprendrez bien du tajine? / Vous reprendrez bien un peu de tajine?

Le déterminant possessif est un déterminant défini qui marque la propriété de l’objet désigné.

 

Singulier :

Un possesseur plusieurs possesseurs
1ere personne mon/ma notre
2ème personne ton/ta votre
3ème personne son/sa leur

 

Pluriel :

Un possesseur plusieurs possesseurs
1ere personne mes nos
2ème personne tes vos
3ème personne ses leurs

Nota: pour éviter un hiatus (rencontre de deux voyelles), le déterminant féminin ma prend une forme spécifique dans certains cas et devient mon devant un nom féminin. Exemple: mon amie.

 

Leur est invariable lorsqu’il précède le verbe car c’est un pronom personnel.

Leur peut aussi former un pronom possessif. Exemple: Les enfants de leurs amis sont allés en Chine alors que les leurs sont allés en Inde, il y a deux ans.

Le déterminant relatif,  employé dans un langage soutenu, est un mot qui sert à introduire un nom qui a déjà été utilisé ou suggéré dans une phrase.Il précède le nom. Il varie en genre et en nombre avec ce dernier. Par exemple: Je te donne mes ciseaux, lesquels ciseaux coupent très bien.

Singulier
Masculin Féminin
Lequel Laquelle
Duquel De laquelle
Auquel À laquelle

 

Pluriel
Masculin Féminin
Lesquels Lesquelles
Desquels Desquelles
Auxquels Auxquelles