L’enfant s’allonge corps aligné et tient la position sans mouvement sur le ventre et sur le dos.

L’objectif ici est d’amener l’enfant a  à réaliser des glissées ventrales et dorsales

 

Situations Organisations et consignes
LA GLISSÉE VENTRALE
Prendre appui au sol et/ou au mur pour se propulser.
Cet appui peut s’effectuer par ordre de difficulté de la manière suivante :
1. Appui des deux pieds au fond.
2. Appui d’un pied au fond et l’autre au mur.

 

Variante 1 : varier la hauteur d’eau, commencer
dans peu de profondeur pour favoriser une flexion
importante des jambes permettant une poussée
efficace.
Variante 2 : concours de distance, jeux de défi
sans battement de jambes.

Pour démarrer :
– mettre les épaules totalement dans l’eau,
– placer sa tête et ses bras en position TORPILLE,
– basculer les bras et la tête dans l’eau pour regarder
le fond,
– pousser à deux pieds pour aller le plus loin possible
sans mouvement de propulsion avec les jambes.

Pour se redresser :
– ramener les genoux vers la poitrine,
– puis poser les pieds et redresser la tête tout en
prenant appui sur l’eau avec les bras.

LA GLISSÉE DORSALE, bras dans le
prolongement du corps
(veiller à ajouter une expiration nasale)

 Variante 1 : varier la hauteur d’eau : commencer
dans peu de profondeur pour favoriser une flexion
importante des jambes amenant une forte poussée.
Variante 2 : concours de distance, jeux de défi
sans mouvement de propulsion avec les jambes.
Variante 3 : deux élèves prolongent la glissée de
leur camarade en le poussant à mi-parcours.

Face au mur, debout dans le petit bain,
– placer les bras et la tête en position TORPILLE DORSALE
– mettre les épaules dans l’eau,
– basculer en arrière, mettre les oreilles dans l’eau,
regard au plafond,
– placer un pied au mur et pousser doucement.
– glisser longtemps
Pour se redresser :
– redresser la tête,
– ramener les genoux vers la poitrine,
– puis poser les pieds.
LES TORPILLES QUI VRILLENT

Partir en glissée ventrale, et passer en position
Dorsale.
Partir en glissée dorsale, et passer en position
ventrale.

Changer d’orientation pendant la glissée.
Conserver la position torpille pendant les vrilles.
Dans un premier temps, ne pas donner de consigne
particulière pour le déclenchement de la vrille.
Dans un deuxième temps, demander d’appuyer avec
une oreille contre le bras pour tourner en créant un
déséquilibre.

 

Critères de fin d’étape :
– Réussir une glissée ventrale d’au moins 5 m, tête sous les bras jusqu’à la fin de la glissée.
– Réussir une glissée dorsale d’au moins 5 m, oreilles dans l’eau, regard au plafond jusqu’à la fin de la
glissée.

Les objectifs pour ce profil d’élève sont :

1. sauter dans le grand bain et enchaîner une remontée passive

Recommandations de sécurité :
– attention à la profondeur (minimum 1,80m) ;
– l’enfant qui saute ne doit pas pouvoir attraper ou heurter l’échelle ou le bord ni entrer en collision avec un autre enfant ;
– orteils accrochés au bord (en griffes) pour ne pas glisser.

2. s’allonger en position ventrale et dorsale c’est à dire passer de l’équilibre vertical (terrien) à l’équilibre horizontal (nageur, maîtriser les équilibres horizontaux, effectuer des changements d’équilibre

3. construire la position « TORPILLE » ventrale et dorsale

  • Description de la position TORPILLE VENTRALE :
    • le corps est gainé, indéformable, tonique
    • la tête est rentrée (menton-poitrine) 
    • les bras sont tirés dans le prolongement du corps, mains superposées
    •  les jambes sont tendues et serrées
    •  les pointes de pieds sont tendues
  •  Description de la position TORPILLE DORSALE :
    •  le corps est gainé, indéformable, tonique.
    •  les bras sont tirés dans le prolongement du corps, mains superposées
    •  les oreilles sont dans l’eau coincées entre les bras, le regard au plafond,
    •  les jambes sont tendues et serrées,
    •  les pointes de pieds sont tendues,
    •  le nombril et les cuisses affleurent la surface
Objectifs Situations Organisations et consignes
Sauter dans le grand bain et enchaîner une remontée passive Sauter “ droit comme un I”
Organisation :
Au minimum 1,80m de profondeur. Les élèves sautent l’un après l’autre au signal de l’adulte qui leur tendra la perche si nécessaire pour revenir au bord.
Pour éviter l’attente, enchaîner avec des cheminements à la goulotte.
Consignes :
Sauter et entrer dans l’eau « droit comme un I ».
Variante : (inciter l’élève à produire une impulsion vers le haut).
Idem en sautant par-dessus une frite tenue par un camarade devant les
pieds de l’élève et au-dessus de l’eau
Sauter “ droit comme un I” et se laisser remonter Organisation :
Au minimum 1,80m de profondeur. Les élèves sautent l’un après l’autre au signal de l’adulte qui leur tendra la perche si nécessaire pour revenir au bord.
Consignes :
Sauter dans l’eau, rester droit et tonique et se laisser remonter sans pousser au fond et sans faire de mouvement. Si nécessaire, permettre de s’accroupir au fond pour amortir avant de se laisser remonter.
S’allonger en positions ventrale et dorsale Vers l’étoile dorsale ou ventrale avec matériel Organisation :
Tous ensemble avec « frites », planches ou pull-boy.
Consignes :
Chercher des solutions pour s’allonger sur le ventre/ dos avec deux objets flottants identiques dans les mains.

Remarque :
Pour se relever d’une manière équilibrée en partant d’une position ventrale il faudra grouper les jambes, attendre la bascule, poser les deux pieds au sol puis sortir la tête de l’eau.
Pour se relever d’une manière équilibrée en partant d’une position dorsale il faudra :
– ramener la tête vers les genoux en groupant les jambes,
– laisser le temps de la bascule et poser les deux pieds au sol.

Vers l’étoile dorsale ou ventrale
avec aide
Organisation :
Par deux.
Consignes pour étoile ventrale :
A tend ses mains sous l’eau, paumes vers le haut ; B pose les siennes dessus, immerge ses épaules, son visage puis s’allonge sur le ventre.

Consignes pour étoile dorsale:
A place ses mains contre les omoplates de B, B s’allonge sur le dos :
– il met les épaules dans l’eau,
– il bascule la tête en arrière pour mettre les oreilles dans l’eau,
– il laisse monter son bassin vers la surface.
Remarques : pour se relever il faudra
– ramener la tête vers les genoux en groupant les jambes,
– laisser le temps de la bascule et poser les deux pieds au sol.

Construire la position « TORPILLE » ventrale et dorsale Que se passe-t-il ? Organisation :
Les enfants sont face au mur, épaules dans l’eau, doigts posés dans la
goulotte, bras tendus, les pieds posés derrière eux le plus loin possible.
Consignes :
Au signal, baisser la tête en collant le menton sur la poitrine ; attendre longtemps (environ 10 secondes) : … QUE SE PASSE-T-IL ?
Au bout d’une dizaine de secondes dans cette nouvelle position, relever la
tête : … QUE SE PASSE-T-IL ?
(Il s’agit de faire sentir le rôle du placement de la tête pour permettre l’allongement horizontal).
Aménagement lorsque l’eau n’affleure pas le bord du bassin : par deux, A tend la paume de ses mains sous l’eau, et c’est sur ces appuis que
B pose les siennes pour faire l’exercice
Le remorqueur et la péniche Organisation : Par deux.
Consignes :
Le remorqueur promène la péniche qui est en position torpille en la
tirant par les mains (les mains restent sous l’eau pendant l’exercice).
Variante 1 : le remorqueur promène la péniche qui est en position
torpille en la poussant (et en la guidant) par les pieds.

Dans le cas où l’élève met la tête sous l’eau les objectifs à atteindre sont pluriels. Je donne ici pour chacun d’entre eux un ou deux exemple. Mais, faudra bien entendu poser des hypothèses le jour de l’oral pour définir les caractéristiques des élèves et leurs connaissances.

Objectifs Situations Organisations et consignes
Amener l’élève à faire des immersions plus longues et complètes dans le petit et dans le grand bain Le filet du pêcheur 2 (variante de petits poissons venez)
Petit bain
Organisation : Plusieurs élèves forment une ronde (le filet). À l’intérieur se trouvent d’autres élèves (les poissons).
Consignes : Au signal, les poissons essaient de s’échapper en passant sous les bras ou entre les jambes du filet. S’ils y parviennent, ils se joignent au filet, le dernier poisson restant au milieu a perdu.
Course à la goulotte
Grand bain
Organisation : Passage individuel. Parcours jalonné de repères de couleur (frites) le long du bord du bassin.
Consignes : Parcourir la plus grande distance en tenant la goulotte la tête entièrement immergée.
Variante : de plus en plus vite.
Ouvrir les yeux et ouvrir la bouche sous l’eau pour souffler dans l’eau Main ouverte/Main fermée Organisation : Les enfants, deux par deux, sont face à face.
Consignes : Au signal donné par l’enseignant, l’un d’eux s’immerge pendant que l’autre tend sa main ouverte ou fermée sous l’eau. Le premier doit annoncer « ouvert » ou « fermé » (présenter la main près du visage de l’enfant immergé).
Explorer la profondeur Les pêcheurs de perles
Petit bain
Organisation : Divers petits objets lestés. Les élèves sont répartis dans l’eau sur le bord du bassin.
Consignes : Ramener le plus d’objets possible sur le bord, en les prenant sous l’eau. Compter les objets récoltés. Faire jouer les équipes ensemble ou alternativement (possibilité de limiter le temps de la récolte ≈ 45 sec).
Toucher le fond Organisation : L’un après l’autre.
Consignes : Toucher le fond de la piscine avec les pieds puis avec une main en se tenant aux barreaux de l’échelle avec l’autre.
Accepter la remontée passive Le ballon
Petit bain
Organisation : Par deux.
Consignes : Epaules dans l’eau, inspirer profondément, bloquer la respiration, mettre le visage dans l’eau, se mettre en boule (genoux-poitrine) et se laisser flotter.
L’observateur va presser doucement sur le ballon pour l’enfoncer vers le fond, le ballon se laisse remonter à la surface sans faire de mouvement

L’objectif de ces situations proposées de manière progressive est d’amener l’élève à mettre la tête dans l’eau.

Les activités proposées se déroulent dans le petit bain.

Situations Organisations et consignes
La balle de ping-pong Organisation : une balle de ping-pong posée sur l’eau par élève. Les élèves sont placés au bord.
Consignes : au signal ,essayer d’amener la balle au niveau d’une limite fixée par un pot uniquement en soufflant sur la balle au ras de l’eau.
Le pousse ballon Organisation ; les élèves sont placés l’un à coté de l’autre et ont chacun un pull-boy ou un ballon. La course s’effectue dans le sens de la largeur de la piscine.
Consigne : pousser le pull-boy ou le ballon avec la tête pour atteindre l’autre bord
La planche retournée (activité phare) Organisation : Chaque élève dispose d’une planche placée devant lui. Consigne : au signal, il faut retourner la planche en utilisant seulement sa tête le plus rapidement possible
1, 2 , 3 croco (version aquatique de 1,2,3 soleil) Organisation : L’élève meneur se place sur l’un des bords, dos tourné au bassin.
Consignes : au signal les poissons avancent. Le crocodile compte un, deux, trois, croco. Quand il se retourne les poissons qui n’ont pas la bouche dans l’eau et ne sont pas immobiles reculent. Le premier poisson qui touche le mur remplace le crocodile.
Envisager de donner une planche aux élèves selon leur besoin et la profondeur du bassin.
Le filet du pêcheur (variante de petits poissons venez) Organisation : Plusieurs élèves forment une ronde (le filet). A l’intérieur se trouvent d’autres élèves les poissons.
Cosigne : au signal, les poissons essaient de s’échapper en passant sous les bras.

 

Pour finir proposer aux élèves un parcours d’obstacle dans le grand bain dans la partie de faible profondeur. Ils devront passer sous des obstacles (cerceaux, frites ou perche posés à moitié sur le bord).

Les situations proposées ci-après essaient de suivre une certaines progressivités des apprentissages.

Situations Organisations et consignes
Dans le petit bain : marche, course, sauts, se mouiller, éclabousser le visage Se déplacer en avant, en arrière, de coté : 1/4 de tour à droite/à gauche.
Se déplacer à pieds joints comme un kangourou.
Améliorer les déplacements en s’aidant des bras et des mains : pelles, poings fermés, ..
Attrape moi L’élève A se place à une longueur de bras devant l’élève B, qui essaie de le toucher avant qu’il n’atteigne le bord opposé
Le petit train
Le loup et l’agneau
Le petit train : la locomotive touche un wagon et l’ensemble avance.
Par groupe de 4 : 1 loup et 3 agneaux en colonne. Le loup essaie de toucher le dernier agneau.
Les bateaux Les élèves sont alignés le long du bord avec une planche chacun
Consigne : c’est une course. Il faut atteindre le plus vite possible l’autre coté avec la moitié de la planche dans l’eau.
Les déménageurs Placer deux fois plus d’objets flottant que d’élèves dans l’eau. Constituer 2 équipes de 4 à 6 joueurs. La durée de chaque partie est d’une minute.
Chaque équipe doit déménager au plus vite ses objets pour les déposer dans la maison adverse. Attention chaque élève ne peut prendre qu’un objet à la fois.
Grain bain : première entrée Entrer dans l’eau par l’échelle et s’accrocher au bord.
Organisation : les élèves entrent dans l’eau l’un après l’autre. Déplacement de tout le groupe suivant les indications données par l’enseignant.
Consignes : se déplacer épaules dans l’eau en tenant le bord à 2 mains.
Variante 1 : en croisant les bras.
Variante 2 : en tournant sur soi-même.
Course à la goulotte 2 équipes : 1 objet est placé à mi-chemin (15 m en tout)

Consigne : aller le plus vite possible en se déplaçant le long de la goulotte. On cherche l’horizontalité grâce à la vitesse de déplacement.

I.Introduction

Chaque séance de natation est contextualisée : il y a un avant (en classe), un pendant (à la piscine) et un après ( en classe).

AVANT :

  • On dit ce que l’on va faire ! Il faut recueillir les représentations des élèves, faire une explication de l’activité, de son déroulement.
  • Présenter la situation aux élèves (dispositif, sécurité, consigne/ but, critère de réussite. Le langage employé doit être clair et accessible.
  • Passer par un album jeunesse comme « le fabuleux voyage de Lola » ou « Moi je serais pirate » ou « Le trésor d’ERick le Rouge ».
  • Informer les bénévoles des situations à conduire.
  • Préparer le déplacement : transport ? Comment marche-t-on dans la rue ? ..
  • Réaliser une liste nominative des élèves.

PENDANT

  • Favoriser le temps dans l’eau (au moins 40 min)
  • Priviligier le parcours pour favoriser la continuité d’action
  • Proposer des situations ouvertes, motivantes, inscrites dans la durée ?
  • Reformuler les consignes avant d’entrée dans l’eau,
  • Se positionner en tant qu’adulte garant de la sécurité,
  • S’assurer de la sortie de TOUS les élèves au signal .

APRÈS :

  • Évaluer les progrès ( individuellement)
  • Extraire les modalités de réussites,
  • Faire un retour sur l’action au travers d’une activité réflexive,
  • Formaliser à l’oral les actions menées,
  • Faire un bilan différencié des réussites

L’enseignement de la natation s’appuie sur une démarche de tâtonnements ou d’essais-erreur-modifications. L’élève doit trouver par lui même les réponses les plus adaptées.

II.Les contenus à enseigner

II.1.1er année  : répertoire moteur

  1. Les entrées dans l’eau : aller vers une immersion de la tête ; simulation de chute avant/ arrière
  2. Les immersions : vision aquatique, choix de la profondeur avec ou sans aide à l’immersion
  3. Les déplacements : sans conditions de temps, sur le ventre, sur le dos
  4. Les sorties du bassin : par l’échelle par le bord.

II.2.2eme et 3eme année : Volume aquatique

  1. Coordonner entrées et déplacements : immersion et changement de profondeur et déplacements
  2. Construire une vision aquatique : modulation de l’apnée en fonction de l’objectif.

III.Trame de séance

  1. Passer sous la douche puis regrouper les élèves au bord du bassin dans un espace défini. Former les groupes de niveau. Faire préparer le matériel par les élèves ou les parents. Et organiser l’entrée dans l’eau.
  2. Situations d’apprentissage pour transformer ou faire évoluer les comportements moteurs des élèves. Proposer 3 à 4 situations d’apprentissage par séance avec un objectif prioritaire ( une composante).

    La première situation doit être simple et ne pas amener de nouveaux apprentissages. Elle peut être ludique ou un réinvestissement.
    La dernière situation doit être également ludique et plus libre.

  3. Organiser la sortie de l’eau puis aller vers un lieu de regroupement avant de passer aux douches ( avec savon) .

Les problèmes rencontrés par les élèves sont d’ordre:

Postural. Placer le corps dans une position d’équilibre inhabituel pour s’orienter.

Respiratoire.Adapter ses modalités respiratoires aux actions de déplacements,

Moteur. Trouver des appuis stables pour se propulser dans un milieu fluide.

Informationnel. Trouver des modalités d’informations dans un milieu inhabituel.

Affectif. Maîtriser ses émotions en objectivant le risque (problème d’aquaphobie, appréhension, stress..)

 

Les représentations du débutant: 

« Si je lâche le bord je coule », « je me remplis d’eau », « je ne vois plus rien », « ça pique les yeux », « je ne sens plus mon poids », « je m’enfonce », « je ne sais plus où je suis ».

Il est important de comprendre que la pratique de la natation est source d’émotions : le plaisir d’une part ( jeux, flottaison, pirates, imaginaires..) et d’autre part anxiété (représentation du milieu suite à un trauma ou une représentation erronée du milieu)

L’élève doit passer de l’attitude « je fais le petit chien sinon je coule » à je fais la planche. De « si je mets la tête sous l’eau je m’étouffe à une situation d’apnée de 10 à 12 secondes, souffler sous l’eau.

Il s’agit pour lui d’une remise en cause de son schéma corporel et ce en particulier en C1 où ce schéma est en cours d’acquisition. Les repères habituels sont  perturbés.

 

Les ressources mises en oeuvre: 

Motrices: pour la construction d’une nouvelle locomotion dans un milieu différent, bras moteurs et jambes équilibrantes, coordinations jambes- bras et respiration.

Affectives: prendre du plaisir sous l’eau

Cognitif: comprendre que le corps flotte.

La natation développe également des compétences psychosociales: se faire confiance et faire confiance aux autres,  faire preuve d’autonomie, faire attention à sa sante.

Alors ça c’est à connaitre par cœur!!!

Il existe 4 composantes et chacune est en lien avec les 3 autres :

  1. l’immersion: l’élève passe de l’immersion involontaire ou accidentelle à une immersion courte et volontaire, peu profonde (toboggan par exemple) puis il évolue vers des immersions prolongées et de plus en plus profonde.
  2. la respiration: on démarre en effectuant un inventaire des orifices respiratoires (nez, bouche) puis les élèves apprennent à faire varier le débit respiratoire (volume ou intensité), ils passent progressivement d’une respiration passe à une respiration active, ils associent les coulées ventrales, dorsales ou costales avec l’expiration et évoluent vers des expirations totales et cherchent le bon moment pour inspirer.
  3. l’équilibre: il s’agit pour l’élève de commencer par modifier son équilibre habituel afin d’accepter l’équilibre dorsale, ventral et costal. puis de commencer à effectuer des rotations par culbutes et vrilles, de passe d’un équilibre à l’autre et enfin de connaitre le mécanisme de redressent ventral/ dorsal.
  4. la propulsion: l’éléve commence par faire l’inventaire des surfaces motrices, augmenter les surfaces, repérer les différents plans puis il apprend à orienter les surfaces motrices pour se déplacer en jouant sur l’amplitude, l’intensité et/ou le rythme. Il finit par mettre en concordance les rythmes respiratoires et moteurs.

Moyen mnémotechnique pour retenir RE(S)PI

A noter que les flotteurs sont déconseillés, ils ne permettent pas aux bras de bouger correctement et à l’élève de prendre conscience de la poussée d’Archimède.

 

Quelques définitions

Je cite quelques auteurs (c’est toujours mieux d’avoir quelques références à l’oral).

Nathalie Gal: « savoir nager ce n’est pas faire une nage mais se déplacer dans un milieu »

Patrick Schmitt:  » il n’existe pas un savoir nager mais des savoir nager selon le milieu et les activités: utilitaire, sportif, loisir.. »

Catteau & Garroff:  » se déplacer dans l’eau en ayant résolu de manière optimale le triple problème : propulsion des bras, expiration aquatique maîtrisée et contrôlée, alignement du corps. »

Le savoir nager selon la circulaire: entrée dans l’eau en chute arrière, déplacement, équilibre, immersions..

Les enjeux

Parlons tout d’abord des enjeux moteurs ceux qui vont faire appel aux ressources motrices des élèves (vous vous rappelez??)

Comportement de terrien =Débutant progresse vers Comportement de nageur = Expert
Equilibre Équilibre vertical (regard horizontal, appuis plantaires, soumis à la pesanteur) Vers l’équilibre horizontal et l’acceptation de la poussé d’Archimède Équilibre horizontal (regard vertical, corps en suspension, utilisation de la poussée d’Archimède)
Respiration Respiration nasale
pas d’immersion
Respiration refléxe
devient nasale et buccale
Immersion en apnée
Possibilité d’apnée par action réflexe de la glotte
à dominante buccale
immersion en apnée de plus en plus longue avec une expiration contrôlée
Automatique et inversée avec une expiration active sous l’eau
Propulsion Déplacement avec appuis manuel (bord)  ou /et plantaire (fond)
Les jambes sont motrices, les bras équilibrateurs, les appuis fixes et solides.
déplacement à l’aide des jambes
Découverte et acceptation de la résistance de l’eau
Les jambes sont passives, le bas équilibre et les appuis sont fuyants
déplacement à l’aide des bras et des jambes
Acceptation du déséquilibre
Maintien de la position horizontale
Les jambes sont équilibratrices et les bras propulseurs.

 

L’élève doit mettre en place une coordination nouvelle et complexe adaptée aux qualités physiques de l’eau. Il passe d’une nage où les jambes sont motrices à une nage ou les bras sont moteurs. 

Les ressources cognitives sont l’acquisition de nouvelles connaissances sur un environnement différent et sur soi, ainsi que l’acquisition de règles d’efficacité. L’élève est amené à changer ses représentations.

L’élève mobilise ses ressources affectives en apprenant à contrôler ses émotions, à se motiver pour dépasser ses propres limites. Il passe d’une situation ou il vit une épreuve à celle où il se défie lui-même.

En matière de ressources énergétiques, l’élève apprend à gérer et adapter son effort, à passer d’une forte dépense énergétique à une économie du geste (en utilisant la flottaison plutôt que de se débattre pour maintenir la tête hors de l’eau  par exemple)

Enfin, l’élève va faire appel à ses ressources informationnelles, car il est amené à construire de nouvelles structures perceptives, de nouveaux repères et d’adapter ses actions.  Par exemple chez le terrien , le rôle de la vision est prioritaire  et la prise d’informations est visuelles, tactiles, auditives ou proprioceptives alors que pour le nageur la vision est absente (sans lunettes) et les repères des appuis plantaires sont perdus.

 

 

Introduction

Il s’agit pour l’élève d’acquérir une maîtrise du milieu aquatique permettant de nager en sécurité dans un établissement de bains ou dans un espace surveillé.  La nouvelle circulaire (référencée plus bas indique un démarrage dès le cycle 1).

Le parcours d’apprentissage de l’élève commence, dès le cycle 1, par des moments de découverte et d’exploration du milieu aquatique – sous forme de jeux et de parcours organisés à l’aide d’un matériel adapté pour permettre aux élèves d’agir en confiance et en sécurité et construire de nouveaux équilibres (se déplacer, s’immerger, se laisser flotter, etc.).

Il se poursuit au cycle 2 par des temps d’enseignement progressif et structuré, afin de permettre la validation des attendus de la fin du cycle (notamment « se déplacer dans l’eau sur une quinzaine de mètres sans appui et après un temps d’immersion »).

Au cycle 3, la natation fera l’objet, si possible, d’un enseignement à chaque année du cycle. Une évaluation organisée avant la fin du CM2 permet de favoriser la continuité pédagogique avec le collège et notamment de garantir la validation de l’ASSN en proposant aux élèves qui en ont besoin les compléments de formation nécessaires.

Je vous invite à prendre connaissance de la circulaire du 22 août 2017 qui abroge et remplace la circulaire n° 2011-090 du 7 juillet 2011 définissant les conditions de l’enseignement de la natation dans les premier et second degrés.

Les taux d’encadrements indiqués  sont les suivants:

  Groupe-classe constitué
d’élèves d’école
maternelle
Groupe-classe constitué
d’élèves d’école
élémentaire
Groupe-classe comprenant des
élèves d’école maternelle et des
élèves d’école élémentaire
moins de 20 élèves 2 encadrants 2 encadrants 2 encadrants
de 20 à 30 élèves 3 encadrants 2 encadrants 3 encadrants
plus de 30 élèves 4 encadrants 3 encadrants 4 encadrants

 

et le taux d’occupation doit être appréciée à raison d’au moins 4 m² de plan d’eau par élève présent dans l’eau, pour des écoliers.

Lors d’une séance  d’EPS, les élèves doivent être rapidement mis en activité. La natation ne fait pas exception. Il faut prévoir séances par semaine idéalement et 40 min d’activité par séance.  Il faut compter un minimum de 30 séances au total.

Les paliers

Je vous invite à prendre connaissance de la circulaire du 19 octobre 2010, cette dernière décrit les différents paliers à atteindre.

Palier 1- fin de cycle 2: se déplacer sur 15 m sans prise d’appui ni flotteurs, s’immerger, se déplacer sous l’eau, se laisser flotter,

Palier 2- fin cycle 3: se déplacer sur 30 m sans prise d’appui ni flotteurs, plonger, s’immerger, se déplacer,

Palier 3- fin de cycle 4: .. pas concerné pour le concours 😉

 

L’attestation scolaire  » Savoir Nager »

Ici, il s’agit de prendre connaissance de la circulaire du 9 juillet 2015.

Elle est délivrée par le directeur d’école et est incluse dans le livret scolaire. Le savoir nager correspond à une maîtrise du milieu aquatique. Cette attestation reconnait la compétence à  nager en sécurité dans le lieux publics. C’est un objectif du cycle 3.

Le parcours à réaliser en continuité sans reprises d’appui au bord et sans lunettes est le suivant:

  1. à partir du bord, entrée dans l’eau en chute arrière.
  2. se déplacer en direction d’un obstacle sur une distance de 3,5 m
  3. franchir en immersion complète un obstacle sur 1,5 m
  4. se déplacer sur  le ventre sur 15 m et au signal sonore s’immobiliser en position verticale pendant 15 s et reprendre son déplacement pour finir les 15 m,
  5. se retourner sur le dos pour les 15 autres mètres et au signal sonore s’immobiliser en position dorsale pendant 15 s et reprendre son déplacement pour finir les 15 m,
  6. franchir à nouveau l’obstacle en immersion.

De plus l’élève doit pouvoir identifier le MNS, connaitre les règles d’hygiène et de sécurité, identifier son environnement et les conditions pour savoir nager.